La Lorraine dans le temps

La Lorraine dans le temps

Le torchon brûle - scène de campagne

 

 

(La scène se passe au Tribunal, dans le cabinet du Président.)

 

LE PRÉSIDENT. - Alors, vous demandez le divorce ?

BRULOT. - Ah ! pour sûr que oui, Monsieur le juge.

LE PRÉSIDENT. - Vos noms, prénoms et qualités ?

BRULOT. - Brulot Nestor, cinquante-huit ans, garde-champêtre de la commune de Potincourt-sur-Moselle.

LE PRÉSIDENT. - Merci, et vous, Madame ?

Mme BRULOT. - C'est pas la peine, je ne dirai rien, je veux pas me séparer.

LE PRESIDENT.  - Ceci ne vous engage à rien, Madame, vos noms, je vous prie ?

BRULOT. - Agathe Lendormi, m, i, mi, femme Brulot, cinquante ans dans trois mois, sans profession.

LE PRESIDENT. - Bien, avez-vous des enfants ?

BRU LOT. - Non, nous n'avons fait aucune maladie depuis qu'on est ensemble. 

LE PRÉSIDENT. - Parfait. Je sais quels dissentiments vous amènent devant moi. Mais la justice aime à s'entourer de lumières pour y voir clair. Je veux croire qu'il n'y a entre vous qu’un malentendu et que je n’aurai point à vous renvoyer dos à dos. Parlez, Brulot, quelles raisons graves vous déterminent à vous séparer de cette épouse modèle que je n'hésite pas à qualifier de Pénélope rustique ?

 

Mme BRULOT. - J'vas vous dire, Monsieur le juge, c'est la faute à « la Crapie ». 

 

LE PRÉSIDENT. - Laissez parler votre mari.

 

BRULOT. - Ancien caporal ayant fait la guerre dans les Afriques, décoré d'une médaille de sauvetage pour m'être sauvé héroïquement moi-même pendant le naufrage de la belle Ugénie sur la Méditerranée A la suite du dernier Concours régional, ma poitrine s'a vu honorée de la Croix du Méline agricole. Un casier judiciaire blanc comme un petit goret qui vient de naitre c'est vous dire que je peux marcher la tête haute.

 

LE PRÉSIDENT. - Au fait, Brulot, au fait.

 

Mme BRULOT. - C'est la faute à la Crapie, je 'vous dis.

BRULOT. -  La jalousie, M. le juge, c'est la jalousie de la femme Brulot qui nous traine devant les tribunaux.

 

LE PRÉSIDENT. - Mais la jalousie est une preuve d'amour.

BRULOT. - Pas au point-là, M. le juge. Quand on a l'honneur d'appartenir à un homme supérieur, à un membre du gouvernement, on y regarde à deux fois avant de faire des histoires, des sauts sur des cailloux. Va-t’en voir en chercher un aut' qui sache mieux batt' la caisse que moi donc, pour annoncer un lincan  ou une adjudication ou le passage d'un circle. Si vous coyez que c'est commôde de flanquer des procès à tire l'haricot à Pierre, Paul, Jean, Jacques et de s'fâcher avec personne J'suis quéqu'un, moi, et toi, qu'est c'que t'es ? Car enfin s'y faut arrêter un homme saoùl, qui qu'on vient chercher ? c'est moi. Si faut chasser des camp-volants ? c'est moi, si on retire un noyé ? c'est moi ! Après m'sieu le maire, y a l'curé, l'médecin et moi te n' m'é rouaté-me donc

Mme BRULOT. - T'as raison, Brulot, n'empêche que tout le village sait bien que t'veux t'débarrasser de moi pour répouser ta belle Mamzelle Balouette. 

BRULOT.  - Si c'est Dieu possible une si sainte fille, la Préfète de la Congrégation. M. le juge, C'est une inflammation.

Mme BRULOT. - Vos pouvez demander au couaraille, M. le juge, à la Crapie, tenez, à la Lisa, à la mère Bétel, à la grande Joson et au Camille Pitois.

BRULOT. - Ah C'lui-là vaut ben trois femmes à lui tout seul. C'est tout des bonnes langues, allez, M. le juge. Tatouille par ci, tatouille par là, ça vous conduirait plus vite un homme à l'échafaud qu'à la noce. On n'est jamais dévoré que par la vermine. Qui est morveux se gratte, pas vrai, M. le juge ? 

Mme BRULOT. - Ecoute, Brulot, j'veux ben fermer les yeux, mais ¡'veux pas être aveugle. C'est pas pourre rien que je m'suis fait tant de couincouin et pourtant je n'suis qu'un' pauv'femme, je n'demande qu'à m'en faire accoire.

BRULOT. - J'sais ben tes qualités, Agathe, et tes défauts aussi. Te travailles comme un vrai dada, c'est vrai, mais t'es trop intéressée te tondrais un oeuf pour en avoir les plumes une vraie hartare, ma parole et cachottière comme une porte de prison. C'est pas de ma faute si j'suis toujou un beau gars, moi, et si j'fais batt' des coeurs en battant du tambour. Mais t'as tort d'être jalouse, va, pa'c'que pour la vertu, j'suis un vrai dragon, ainsi !

Mme BRULOT. - Pisque c'est la Crapie.

BRULOT. - Laye-me donc tranquille avec ta Crapie. Te v'la ben avancée maintenant que t'es sec comme une échalotte (se reprenant). un échalas ! T'n'as jamais été une femme colosse, une Vénusque, t'étais ni bien ni mal, de ceusses qu'on n'dit rien, mais d'puis qu'te t' manges les sangs t'es peute comme les sept péchés.

LE PRÉSIDENT. - Allons, Brulot, un bon mouvement. Soyez magnanime une fois de plus. Voyez comme elle pleure, consolez-la et reprenez la vie commune. Dans tout cela, en somme, il n'y a pas de quoi fouetter un chat. 

BRULOT. - Ben, puisque vous le dites, je veux ben vous croire, M. le juge. (saluant). L'armée n'a rien à refuser à la magistrature. Le garde-champêtre a une tête de bois mais y n'a pas un cœur de roche. Allons, Agathe, reviens avec ton Nestor, mais n'sois pus nice comme une charretée de puces. Remplume-toi et nous nous r'aimerons comme au temps passé : la lune de miel après la lune de fiel, Madame Brulot. Te peux remercier, M. le juge, te peux… c'est égal, si j'avais été le père Adam, j'aurais mieux aimé avoir une côte en plus et une femme en moins.

 

GEORGE CHEPFER. Le Pays Lorrain 1905

 



21/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres