La Lorraine dans le temps

La Lorraine dans le temps

Rambervillers

RAMBERVILLERS, chef-lieu de canton de l’arrondissement d’Epinal, à 26 km. d’Epinal ; située dans une plaine, à 287 m d'altitude au seuil de la mairie ; traversée par la rivière de la Mortagne et par les ruisseaux de Padozel et de Monseigneur ; sur le passage de la route nationale 59bis, de Lunéville à Belfort, des chemins de grande communication de Moyen à Fougerolles, de Charmes à Rambervillers, de Rambervillers à Gérardmer et de Rambervillers à St-Dié. — Station du chemin de fer de Rambervillers à Charmes. — Poste et télégraphes. - Population 5691 habitants, 817 maisons, 1318 électeurs, 23 conseillers municipaux.

  • Perception et recette municipale à Rambervillers ; recette de l’enregistrement ; recette des contributions indirectes — Inspection forestière et chef de canton. Agent-voyer. — Brigadier de pêche. —

 

 

2 notaires, 3 huissiers. — 4 médecins, 2 pharmaciens, 3 sages-femmes, 3 vétérinaires. — Cure cantonale ; fête patronale le 2ème dimanche d’octobre, patronne Ste-Libaire.

  • protestante, 10 habitants, pasteur à Epinal ; israélite, 110 habitants, rabbin à Epinal.
  • Association religieuse des frères de Marie ; sœurs de la Doctrine chrétienne. — Cours complémentaire de garçons, 35 élèves, dont 5 pensionnaires ; de filles, 110 élèves. Ecoles primaires de garçons, 252 élèves ; de filles, 193 élèves ; maternelles, 291 élèves. Pensionnat congréganiste de garçons, 189 élèves, dont 43 pensionnaires ; de jeunes filles, 162 élèves, dont 31 pensionnaires. Ecole maternelle privée congréganiste, 45 élèves, dont 18 garçons. Bibliothèque, 3290 volumes — Bureau de bienfaisance.

Brigade de gendarmerie. Caserne d’infanterie, 600 hommes de garnison. 43 conscrits en 1886. 1 Compagnie de sapeurs-pompiers, 80 hommes.

Surface territoriale 2061 hectares, dont 927 en terres labourables, 535 en prés, 472 en bois, 35 en jardins, vergers, chènevières, 4 en friches. Cultures principales : blé 2869 hectares, avoine 6280 hectares, pommes de terre 7938 hectares. Valeur de la forêt communale 1 100 000 fr.

Industrie : 1 filature, 500 broches ; 1 tissage, 300 ouvriers ; forges, 8 ouvriers ; 2 huileries, 50 ouvriers ; fabrique de couverts, orfèvrerie, 40 ouvriers ; papeterie, 50 ouvriers. Principaux commerces : mercerie, épicerie, ferblanterie, cordonnerie, bonneterie.

25 foires annuelles les 2ème et 4ème jeudi de chaque mois et le 26 décembre ; marchés le jeudi de chaque semaine ; marché au hou­blon les 3ème lundis d’octobre, novembre et décembre.

Hameaux : Badlieu, 118 habitants, 12 maisons ; Blanchifontaine, 40 habitants, 11 maisons. Ecarts : Forges- Quenavois, 12 habitants ; Forges-Regnier-Void, 42 habitants ; Grandes-Carrières, 86 habitants ; Malplantouze, 9 habitants ; Petites-Carrières, 8 habitants ; Vignes (les), 21 habitants.

 

 

Ancienne population : an XII, 4999 habitants ; 1830, 4949 habitants ; 1867, 4986 h.

Rambervillers était avant la Révolution le chef-lieu d’une châtellenie dépendant du temporel des évêques de Metz ; la châtellenie de Rambervillers était divisée en cinq mairies renfermant outre la ville, 13 villages : mairie de Rambervillers comprenant Jeanménil, Housseras, St-Benoit et Autrey ; mairie de Nossoncourt comprenant Nossoncourt, Bazien, Mènarmont, Anglemont, Ménil, Ste-Barbe ; mairie de Bru ; mairie de Doncières ; mairie de Xaffévillers. Dans ces lieux, l’évêque de Metz était seul « seigneur et prince régalien, haut, moyen et bas justicier, sans part ni portion d'autruy » sauf quelques droits appartenant aux seigneurs voués. Au spirituel, la paroisse relevait de l’évêque de Toul.

La Justice était exercée à Rambervillers par une prévôté-bailliagère seigneuriale, composée du prévôt, du lieutenant, d’un conseiller-assesseur, d’un procureur-fiscal et d’un greffier. Les appels de ce tribunal ressortissaient au parlement de Nancy, en conformité des lettres de Léopold, du 15 juillet 1718, et pour les cas présidiaux, au présidial de la même ville. Par lettres- patentes de Louis XV, du 17 octobre 1772 cette prévôté-bailliagère fut maintenue dans sa « juridiction sur les nobles, ecclésias­tiques et communautés, » comme avant l’édit de juin 1751. Le corps de l'Hôtel-de-Ville était composé du maire chef de police, du lieutenant, de l’assesseur, de trois conseillers, d’un procureur-syndic, d’un receveur, de deux secrétaires-greffiers, de trois commissaires de quartier et d’un sergent de police.

Evénements. La ville de Rambervillers a été pillée et brûlée en 1567. En 1631, la peste enleva une grande partie de la population. En 1831, le 4 septembre, une crue violente de la Mortagne emporta un pont et plusieurs maisons.

Monument. Rambervillers était entouré de remparts et garni de tours ; plusieurs de ces dernières existent encore. Il y avait quatre portes : celles de Lunéville, de St-Dié, de Châtel et d’Epinal.

La voie romaine qui, partant probablement de Langres, atteignait Strasbourg à travers le département des Vosges, avait, un peu au-delà de Rambervillers, un embranchement qui se dirigeait vers le Donon.

 

 

L’église de Rambervillers appartient au style gothique flamboyant du XVème siècle.

Les archives anciennes de la mairie de Rambervillers sont importantes. Elles renferment des titres assez nombreux des XVIème, XVIIème et XVIIIème siècle : on y trouve la charte des droits de la ville du XIVème siècle. Les registres des délibérations de la commune commencent en 1618, les comptes en 1520, les actes de baptêmes, mariages et sépultures en 1601.

 

Extrait de « Le département des Vosges » par Léon LOUIS et Paul CHEVREUX – 1887 -  bibliothèque Stanislas de  Nancy.

 

 

 



25/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi