La Lorraine dans le temps

La Lorraine dans le temps

Sierck-les-Bains

 

SIERCK, ville de L’ancienne province de Lorraine, située sur la rive droite de la Moselle et sur la route royale de Metz à Trêves, à 345 km de Paris, 47 de Metz, 48 de Trèves, 20 de Thionville ; paroisse et mairie qui ont pour annexes le village de Rustroff, le hameau de Rudling, la ferme de Knusberg, les moulins de Marienflosse, Scheflmühl et quelques écarts ; arrondissement de Thionville, chef-lieu de canton, bureau principal des douanes , perception des contributions directes, recette des contributions indirectes, brigade de gendarmerie; postes au courrier et aux chevaux ; cure et vicariat ; école fréquentée par 300 enfants des deux sexes ; collège communal, pensionnat de demoiselles ; grande et belle huilerie ; tanneries nombreuses et renommées ; une tuilerie.

 

 

Cette petite ville, d'une antiquité très reculée, est bâtie dans un vallon étroit formé par trois côtes escarpées, sur le bord de la Moselle, et en partie le long d’un quai achevé en 1789 ; elle est dominée par un fort situé sur une esplanade de roche quartzeuse, et qui commande le cours de la Moselle. Son nom fut autrefois Cireurn, et Jules César la désigne dans ses commentaires en citant une place forte sur la rive droite de la Moselle, entre Divodurum et Trêves. Après la chute de l’empire romain, Sierck fit partie du royaume d’Austrasie, puis appartint successivement aux archevêques de Trêves, aux évêques de Metz, aux ducs de Lorraine, et passa enfin sous la domination du roi de France avec toute la province.

Sierck a donné son nom à une maison puissante, éteinte depuis longtemps ; Jacques de Sierck a été archevêque de Trêves ; Conrad de Sierck fut, eu 1333, commandeur de l’ordre de Saint-Jean-de- Rhodes.

Enceinte de fortes murailles flanquées de nombreuses tours, en partie démolies pour la construction du quai, la ville de Sierck fut assiégée en 1633 par les troupes de Louis XIII, et prise après huit jours de siège ; reprise quelques mois après par le colonel Maillard elle fut assiégée de nouveau par le duc d’Enghein en 1643, et prise après cinq jours de tranchée ouverte. En 1705, le maréchal de Villars, opposé à Marlboroug, campa sur le plateau de Faltenberg qui domine Sierck. On y voit encore les traces d’une redoute.

 

 

Les roches quartzeuses qui existent en grand nombre sur le territoire de Sierck, fournissent annuellement beaucoup de pavés rouges et d'une dureté extrême ; employés depuis longtemps au pavage de Metz et Thionville, ils sont demandés aujourd'hui à Toul et à Nancy.

Les rampes des trois côtes qui forment le vallon, sont couvertes de vignes qui donnent, avec celles de Haute et Basse-Kontz qui les suivent, un vin blanc qui, avant 1817, s'exportait en grande quantité par la Moselle.

La position de Sierck à l'extrême frontière, sur la Moselle et sur une route, est une des plus favorables au commerce ; les importations en quincaillerie, passementerie, soieries, etc., y furent très-consi­dérables jusqu'en 1837, et les recettes de la douane excédaient un million. Depuis, les choses ont bien changé ; des droits prohibitifs, et surtout l'établissement de bateaux à vapeur qui de Cologne vont jusqu'au Havre par Rotterdam, ne laissent plus arriver à Sierck que des marchandises destinées pour le Midi.

Foires : le mardi de Pâques, le lundi après le 8 septembre, chevaux et bestiaux, mercerie et quincaillerie.

Marchés : les mercredis, vendredis et samedis.

 

 

Le château de Sierck

 

Le château de Sierck était une des résidences des ducs de Lorraine. La tradition veut qu'il ait été construit sur les restes d'un castel gallo-romain. Dès le début, c’est une des résidences favorites des ducs de Lorraine, qui y séjournèrent fréquemment avec leur cour. Ce fut le cas notamment de Gérard d'Alsace (1048-1070), de Mathieu II (1220-1251) dont l'épouse Catherine de Limbourg fut à l'origine en 1238 de la fondation du couvent de Marienfloss, de Jean Ier (1346-1390), de Charles II (1390-1431) dont l'épouse Marguerite de Bavière fonda l'hôpital de Sierck ou encore de Charles IV (1624-1675) qui y résida plusieurs années avec sa cour.

La ville de Sierck et son château furent officiellement intégrés au royaume de France par le traité de Vincennes en 1661. Le château perdit alors sa fonction résidentielle et fut ravalé au rang de place forte aux frontières du royaume.

A partir de ce moment, le château fut, au gré des circonstances, démantelé ou restauré.

 

 

Sources :

Le département de la Moselle par Verronnais, 1844.

Site du château de Sierck.

 

 



24/06/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi